• Trucs que j'ais mit du temps à écrire ///N°5///

     

    Voila depuis longtemps que je fait ce RP j'aurais déja dut le poster...

    Date heure et compagnie.


    Sur le forum de RPG l'Autre (Pierre Bottero)

    ►Le dimanche 27 Mars 2011 à 10:17 heure standard

    Lien:  http://lautre-rpg.1fr1.net/t361-une-prarie-infini-un-esprit-tourmente-ezio-aieton




     Une prarie infini, un esprit tourmenté [Ezio Aiëton]

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
    Auteur Message
    Nayla Sasayaki
    Métamorphe
    Métamorphe


    aucun avertissement
    Messages: 123
    Date d'inscription: 17/05/2010
    Age: 16

    Feuille de Personnage
    Age: 16 ans
    Famille: Métamorphe - Puma
    Nationalité: Franco-espagnole

    MessageSujet: Une prarie infini, un esprit tourmenté [Ezio Aiëton]   Sam 19 Fév - 12:54 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant

    [Bon sang, ça fait si longtemps que j'ai pas RP avec elle, je sais pas comment commencer u_u]


    Les pulsions qui la pousssaient, dès qu'elle se métamorphosait, à devenir puma se faisaient de plus en plus fortes. Nayla s'appliquait à ne jamais céder, mais devenir félin contribuait à appauvrir ses possibilités. Elle savait qu'un jour, quoi qu'elle fasse, elle ne pourrait plus devenir que puma. Elle adorait cette forme, vraiment, c'était un animal magnifique - le sien plus que les autres avait-elle l'impression - mais voler était aussi une expérience magique, incroyable dont elle n'avait pas envie d'être privée.

    L'adolescente s'étira, passa devant un miroir et s'étonna elle même de à quel point elle avait changé. Récemment, elle avait conservé des liens avec sa famille adoptive, malgré ce que lui avait dit Stella sur le fait que les Familles ennemies aux Métamorphes. En fait, elle était devenue beaucoup plus libre, indépendante, et n'avait pas vraiment encore cherché à faire connaissance avec d'autres Métamorphes. D'abord, elle voulait se comprendre. Se chercher. Accepter ce qu'elle était devenu, savoir où était le juste milieu. C'était chose faite. Enfin, elle pensait.

    Nayla quitta son reflet et sorti dans la rue. S'arrêta avant de l'atteindre. Une porte se dessinait sur un mur. La jeune fille sourit, su sans même prendre la peine de regarder autour d'elle qu'elle était seule. Elle avança, ouvrit la porte et y disparu pour se retrouver ailleurs. Complètement ailleurs.

    La Maison dans l'Ailleurs.

    Elle avait fini par s'y habituer. Elle ne savait toujours pas quel était cet ailleurs, ce qu'il y avait au delà d'une prairie verdoyante infini, mais elle aimait bien cet endroit. Il était reposant, et elle n'y avait jamais fait de mauvaises rencontres. Mauvaises dans le sens où les personnes rencontrées auraient été agressives, porteuses de mauvaises intentions. Elle-même était pacifique. Elle pensait que la guerre entre les Familles étaient une connerie, une de plus à ajouter à la liste infini de bêtises commises par les hommes. Familles avec une majuscule ou pas, eux ne faisaient pas exception. Quoique, sans les Cogistes, peut-être que rien ne serait arrivé. Qui sait.

    Nayla empreinta un escalier. Elle connaissait désormais très bien la Maison. Par coeur, peut-être pas, elle continuait de découvrir. Elle ne pouvait pas y passer tout son temps non plus, et elle n'était pas Bâtisseuse. Mais elle aimait l'idée que ce lieu soit réservé aux Familles. Sans être égoïste, elle aimait savir un lieu réservé à certaines personnes seulement. Et cet endroit là était inviolable. Pas mal, non?

    La jeune fille arriva rapidement sur la Terrasse et observa tout le vert qui s'étendait autour d'elle. C'était ce genre de prouesses naturels qui lui donnaient l'impression que eux, humains ayant ou non des pouvoirs, n'étaient que des insectes dans le monde. Minuscules.

    Ici, il y avait du vent. Pas mal de vent. Je savais pour avoir déjà essayé qu'en m'éloignant de la Maison, ce vent disparaîtrait en grande partie, mais je devins oiseau tout de même. J'aimais voler, même si le paysage d'une prairie infinie n'est pas non plus la meilleure vue pour un oiseau. Je m'envolais, libre, prise de cette ivresse de la vitesse, du jeu avec les thermiques qui me portaient si haut, si facilement, cherchant de mon regard puissant de rapace quelque chose d'autre que du vert. Comme d'habitude, il n'y avait rien.

    Je restais pas mal de temps dans le ciel, tantôt m'éloignant de la Maison, tantôt y revenant pour me reposer. Les rapaces ne sont pas de nature vraiment endurantes. C'est alors que je remarquais un mouvement dans la Maison. Une autre personne. J'atteris en douceur au milieu de la terrasse. A découvert. Mais au moins, impossible de m'attaquer par surprise. Je redevins humaine, et devinait aussitôt à qui j'avais à faire.

    Un Métamorphe.

    Un Métamorphe que je ne connaissais pas.
     

    _________________

    "Celui qui crois savoir n'apprend plus"
    Pierre Bottero

    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé http://panthere-noire.centerblog.net/ plume.reyncat@hotmail.fr Shiho-Angel
    Ezio Aiëton
    Métamorphe
    Métamorphe


    aucun avertissement
    Messages24
    Date d'inscription29/01/2011
    Age21
    LocalisationMarseille

    Feuille de Personnage
    Age: 21
    Famille: méthamorphes (panthère blanche)
    Nationalité: Français et Africain

    MessageSujet: Re: Une prarie infini, un esprit tourmenté [Ezio Aiëton]   Mer 23 Fév - 19:56 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant Editer/Supprimer ce message

    Le cogiste tituba... Il regarda d'un regard vide Ezio avant de former une phrase incompréhensible, dont seulement quelques mots en ressortaient, faiblement, sa bouche s'ouvrit et il laissa jaillire: 
    -Tu est... mort.
    Il s’effondra lourdement sur le sol enneigé, Ezio parut s'en désintéresser rapidement et pivota d'un bloc vers une échelle pitoyable dans le fond de la ruelle...
    -Il est là, tuer le métamorphe ! 
    Une dizaine de cogistes s'engouffraient dans la ruelle, tandis qu'Ezio grimpait rapidement à l'échelle qui menaçait de rompre chaque secondes.
    "Mais que font-ils ici ? Il n'y avait jamais eut tant de cogistes dans Marseille !"
    Tandis que les questions tapaient dans sa tête, il arrivât sur le toit de tuiles d'un vieux immeuble.
    Il n'avait pas peur, au contraire, une confiance étonnante palpait dans ses veines tandis qu'il franchissait des écart entre les toits toujours plus grand.
    "Sont-ils vraiment cogistes ? Si oui alors pourquoi ne le ils n'allaient pas au contact comme le font tous les cogistes ?"

    -Tu ne trouve pas que ça fait beaucoup de questions pour ton cas ?
    Sbib, sont colibris volait près de lui...
    -Bien sûr mais je m'en p...
    Un bras lui coupa le souffle, Ezio fit une vrille et se retrouva face à un homme vêtu de blanc:
    -Bonsoir Ezio.
    -Qu.. Qui êtes vous ?
    Le mal tordait toujours sont ventre, le choc avait été brutal et les tuiles glacés.
    -Je suis ta mort...

    Sans attendre d'avantage, l'homme se projeta en avant avec une vivacité que sa taille ne laissait pas supposer.
    Rapidité sidérante, bien digne là du pourvoir ancestral des cogiste, un coup inévitable qu'Ezio évita de justesse sans recourir à la métamorphose. Il se réceptionna sur une cheminée ou il sonda les environs, plus aucun cogistes ne le suivait, seulement lui et sa mort.
    "La mort peut-elle mourir ?"
    Il allait le savoir.
    Un autre coup, puis deux, puis trois que Ezio parvenait mal à contenir, il n'avait jamais vu de cogiste aussi puissant.
    La mort frappa de sa mais plate, une formidable impulsion vint bousculer Ezio qui se plaqua contre les tuiles, 15 mètres plus loin...
    Lentement, l'homme se rapprochait d'Ezio tandis que la douleur hurlait dans tout sont corps.
    Il se transforma, non, tenta, il ne pouvait plus.

    -Inutiles efforts, lui lança la mort
    Il se recroquevilla, tenta encore...
    -Inutiles...
    Échoua.
    -Et ridicules
    "Apprend à voir le temps des choses, tout comme moi"
    Le coup de l'homme fusa quand la dernière consonne fut envolée, sa voie, auparavant rassurante avait pris une tournure aussi froide que les tuiles sur lesquels Ezio glissait.
    "Le temps des choses"
    Sur lesquels il... glissait.
    Sa main décrivit une courbe vers la jambe de l'homme en blanc, un coup d'entrainement destiner à une feinte, alors que la mort pensait recevoir un poing dans le côtes, contrairement à ce qu'il attendait, la paume d'Ezio vint percuter sont tibias.
    Sa jambe dérapa sur les tuiles gelés, il se retrouva en position de faiblesse, tentant de se rattraper pour ne pas chuter... Alors une masse plus blanche que sa veste le percuta, des griffes mille fois plus dangereuses que des rasoirs lui lacérèrent les épaules tandis qu'une mâchoire destructrice s'enfonça dans sa nuque.
    La mort bascula du haut de l'immeuble tandis qu'Ezio se servait du corps sans vie pour retomber sur le toit.
    Sans attendre, il fonça vers la villa "Domina" qui surplombait Marseille, à l'écart de la ville grouillante.

    Ezio sortit de la salle de bain, il avança dans le couloir en direction de sa chambre, c'est alors qu'il vit un imposant colt, un huit coups particulièrement meurtrier posé sur un étui en cuir noir, le regard d'Ezio se détourna du colt pour se fixer sur un porte lisse et massive sans aucune poignée, noire, sans aucun reflet mal grès les nombreuses appliques murales et les tubes de néons qui cheminaient sous le sol vitré.
    Ezio saisit le colt et s'avança vers l'énorme monument encastré dans le mur.

    -Pense-tu que c'est bien le moment de partir ?
    Sbib avait parlé, bien sur que Weïla ne l'avait plus vu depuis deux ans mais il devait s'y rendre, une certitude encrée profondément dans sa tête lui hurlait de d'y aller.
    -Elle comprendra...
    Sans attendre, il déposa sa main au centre de la porte noire; celle ci traça une contour bleu, un cercle autour de la main d'Ezio, bientôt suivi d'une multitude de symboles étranges.
    Dans un bruit de tremblement de terre, la porte s’enfonça doucement dans le sol, alors le sol fait de vitres laisser place à de nombreuses plaques de deux mètres dur deux qui semblaient fixés dans le sol rocheux.
    Plus loin, en avançant dans le couloir peut éclairé, sur les panneaux, de nombreuses armes en tout genres parcouraient les murs, des magnums, des mitrailleuses, des fusils d'assaut, M4A1, SCAR-H, P90...
    Encore plus loin, le couloir débouchait sur une salle imposante de majesté, trois énormes courbures métalliques parcouraient les parois arrondies de sorte qu'un énorme dôme de métal et de cristaux blancs surplombait la pièce. Les lumières semblant provenir de centaines d'endroit différents...
    Sans y prêter attention, Ezio descendu de la balustrade qui surplombait un irréaliste complexe mêlé de pierre polie et de métal sombre, au centre, une table de verre rétro éclairée sur lequel reposait un écran fin semblant venir d'un rêve, Ezio écrivit quelques caractères avant de se retourner de saisir Eïa, son sabre, posé sur un comptoir suspendu au mur, il le rangea dans un étui noir et le reposa immédiatement.
    Il s’habilla avec une tenue rangée soigneusement dans un renfoncement du mur.
    "Vite..."
    Après s'en être vêtu et avoir posé sa chemise sur le même comptoir, il fixa Eïa dans son dos et un colt, massif, autour de sa taille. Il fixa sur sa ceinture quelques sacoches.

    Ezio saisit son sac et avança dans le couloir, derrière lui, la porte massive e levait et interdisait l'accès au sanctuaire. Plus loin, il descendit dans un escaliers étroit qui débouché sur une terrasse en contrebas de la villa Domina, une vue magnifique sur une forêt de pins et plus loin, la mer d'un bleu profond et quelques îles au loin, la végétation était tel que la ville disparaissait complètement derrière.
    Il resta quelques secondes à contempler ce spectacle et tourna la tête en direction du mur d'où il venait de sortir, une lumière étrangement bleutée tracé les contours de ce qui ressemblait à une porte.
    "Plus vite..."
    Les contours se redessinèrent, une poignée commençait à se dessiner et bientôt un cadre blanc... Quelques secondes plus tard, Ezio pu distinguer une porte semblant venir d'un rêve et instable. Il posa une main sur le panneau de bois blanc et de l'autre, tourna lentement la poignée. La porte semblant déjà plus réelle, il la poussa.

    Les couloirs n'en finissait plus, des portes, encore, plus encore et presque aucun meuble... On passait de style à la mesure que les pièces défilaient et la lumière changeait tout autant. Ezio déboula dans une pièce gigantesque par rapport à toutes les autres, cela faisait bientôt deux heures qu'il marchait et il s'effondra sur un fauteuil de cuir vieilli. La pièce dans laquelle il se trouvait était immense, de plus, de nombreux meubles parcouraient les murs et un canapé ainsi qu'une petite table qui trônait en sont centre. Plus loin, une énorme terrasse surplombait une immense verdure, irréaliste. Un vent chaud rentrait par de larges baies vitrés complètement ouvertes.
    Ezio ferma les yeux, quelques secondes qui devinrent minutes...
    "Debout"
    La voie était un ordre.
    Ezio se leva, il marcha lentement vers la terrasse.

    Un métamorphe.

    Un métamorphe que je ne ne connaissais pas.


    _________________

    La vérité... Il n'y a que sa de vrai.

    "Apprend à voir le temps des choses... Tout comme moi"


    Dernière édition par Ezio Aiëton le Mar 8 Mar - 20:57, édité 3 fois (Raison : Finitions finales.)
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé http://www.la-guilde-marchombre.kazeo.fr En ligne
    Nayla Sasayaki
    Métamorphe
    Métamorphe


    aucun avertissement
    Messages: 123
    Date d'inscription: 17/05/2010
    Age: 16

    Feuille de Personnage
    Age: 16 ans
    Famille: Métamorphe - Puma
    Nationalité: Franco-espagnole

    MessageSujet: Re: Une prarie infini, un esprit tourmenté [Ezio Aiëton]   Dim 13 Mar - 0:24 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant

    Un inconnu. C'était un parfait résumé. Il était jeune, bien que plus âgé qu'elle. Il était Métamorphe. Nayla s'approcha un peu, resta à bonne distance. Elle était trop jeune pour penser qu'il pouvait se sentir menacer, elle savait qu'il y avait la guerre entre les Familles, mais elle ne l'avait encore jamais constaté de ses propres yeux. Simplement, elle n'aimait pas s'approcher plus près que nécessaire d'un inconnu, ce qui était normal d'ailleurs.

    - Bonjour. Je m'appelle Nayla, et toi?

    Etrange, comme elle se sentait adulte. C'était comme un jeu. Mais intérieurement, et dans ses relations, elle était toujours jeune. Bon sang, la révélation de l'existance des Familles l'avait vraiment changée de façon bizarre! Elle avait un peu de mal à s'y retrouver.

    L'adolescente, en attendant la réponse de l'inconnu, s'approcha d'une espèce de début de pont qui partait de la terrasse et s'élançait au-dessus de la prairie sur quelques mètres avant de s'arrêter brusquement. Elle y grimpa un peu puis s'y assit, laissant ses jambes bouger doucement dans le vide. Elle savait que la Pratum Vorax était dangereuse, elle l'avait deviné assez facilement lors d'une de ses visites, mais avait quand même échappé de peu au triste sors qui est parfois celui de ceux qui ignorent la véritable nature de cette prairie faussement innoffensive. Elle aimait pouvoir ne voir que l'étendue verte infini d'un côté et l'extraordinaire Maison de l'autre, et ne se lassait jamais ni de l'un ni de l'autre. Elle reporta son attention sur le Métamorphe, curieuse. Elle ne connaissait pas beaucoup de gens comme elle. Connaissait-il Stella? Après tout, il devait y avoir des membres de la Famille qui ignoraient, justement, leur appartenance à un groupe si puissant, parmi les sept existants. En tout cas, ça ne lui ferait pas de mal de faire de nouvelles connaissances.



    [Désolée, j'avais aucune inspi -_-"]


    _________________

    "Celui qui crois savoir n'apprend plus"
    Pierre Bottero

    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé http://panthere-noire.centerblog.net/ plume.reyncat@hotmail.fr Shiho-Angel
    Ezio Aiëton
    Métamorphe
    Métamorphe


    aucun avertissement
    Messages: 24
    Date d'inscription: 29/01/2011
    Age: 21
    Localisation: Marseille

    Feuille de Personnage
    Age: 21
    Famille: méthamorphes (panthère blanche)
    Nationalité: Français et Africain

    MessageSujet: Re: Une prarie infini, un esprit tourmenté [Ezio Aiëton]   Mar 15 Mar - 20:52 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant Editer/Supprimer ce message

    Une jeune fille lui faisait face, il resta tétanisé devant l'inconnue qui n'avait rien de dangereux d'aprés ce qu'il avait pu observer...
    "Qu'est ce que..."
    Weïla se tenait devant lui, il n'en était pas convaincu mais aucune différence entre cette fille et celle qu'il avait quitté quelques heures plus tôt pour suivre cette étrange voie qui lui parlait...

    - Bonjour. Je m'appelle Nayla, et toi?
    Nayla ? Mais... pourquoi tout était encore si ressemblant ? Hormis l'apparence physique, la carrure changeait mais, pas seulement... Une énergie légèrement différente, quasiment identique à celle de Weïla parcourait le corps de l'inconnue. Troublé, il ne resta pourtant pas sans voie. Durant son aparté, Nayla avait lentement marché vers un surplomb qui s'aventurait dangereusement au dessus de la prairie, ses jambes balançaient maintenant dans le vide sans qu'Ezio ressente le moindre mouvement de panique dans son corps.
    -Weïla ?
    Il leva la tête pour voir Sbib, lui aussi perdu, se poser sur le rebord de la terrasse, près de la jeune fille.
    Peut être la confondait-il avec Weïla ?
    Non.
    Une certitude, Sbib était bien trop intelligent, même si ce petit colibris violet ne pouvait parler notre langue, il savait en revanche toutes les comprendre...
    Ezio fit quelques pas en arrière et s’essaya sur la table du centre de la pièce.
    "Merde"




    ///Oua ! Alors la j'ai fait fort...///


    _________________

    La vérité... Il n'y a que sa de vrai.

    "Apprend à voir le temps des choses... Tout comme moi"


    Dernière édition par Ezio Aiëton le Mar 15 Mar - 20:53, édité 1 fois (Raison : Conjugaisonsssss)
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé http://www.la-guilde-marchombre.kazeo.fr En ligne
    Nayla Sasayaki
    Métamorphe
    Métamorphe


    aucun avertissement
    Messages: 123
    Date d'inscription: 17/05/2010
    Age: 16

    Feuille de Personnage
    Age: 16 ans
    Famille: Métamorphe - Puma
    Nationalité: Franco-espagnole

    MessageSujet: Re: Une prarie infini, un esprit tourmenté [Ezio Aiëton]   Jeu 17 Mar - 16:38 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant

    L'inconnu ne paraissait pas agressif ou méfiant. Un bon point, quand Nayla se rappelait de sa première rencontre, lors de sa première venue ici! Elle avait rencontré deux Cogistes alors qu'elle ignorait être Métamorphe, et ces dernières n'avaient rien trouver de mieux que de lui conseiller de se méfier des Cogistes. Tous le monde lui en disait du mal, et pourtant, elle n'avait toujours pas pu le constater de ses propres yeux, ce qui était pourtant essentiel pour qu'elle y croit. En attendant, l'inconnu était un Métamorphe, donc, a priori, elle n'avait rien à craindre. Et puis elle n'était pas de nature méfiante de toute façon.

    -Weïla ?

    La jeune fille fixa le garçon sans comprendre. "Weïla"? C'était quoi, un mot d'une autre langue? Ou un prénom? Alors qu'elle se posait encore la question et se demandait comment réagir, un colibris la distrait et la surpris. Que fichait cet animal ici? Etait-ce un Métamorphe? Il lui semblait que non, mais rien n'est moins sûr. Quoi qu'il en soit, elle repporta son attention sur l'inconnu.

    - De quoi parles-tu?

    Elle ne trouvait rien de mieux à dire que ça, les yeux froncés. Elle n'aimait pas ne pas savoir ce qui se passait, elle préférait comprendre la situation, à défaut de toujours la contrôler. Et avec tout ça, elle ne savait toujours pas qui était cette personne.

    - C'est le tiens? Demanda-t-elle en désignant l'oiseau.

    Elle pensa soudain que peut-être qu'il ne la comprenait pas. Après tout, elle savait qu'on pouvait pénétrer dans la Maison depuis de nombreux pays, voir probablement tous, alors pourquoi toutes ses rencontres parleraient-elles la même langue qu'elle? Nayla attendit donc que le Métamorphe parle pour savoir si elle pouvait ou non le comprendre, car elle étudiait pas mal les langues, sans pour autant oser essayer en plusieurs langues, car il pouvait aussi être juste surpris, et elle n'aimerait pas qu'on lui demande si elle parlait français alors qu'elle était française (enfin, franco-espagnole).
     

    _________________

    "Celui qui crois savoir n'apprend plus"
    Pierre Bottero

    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé http://panthere-noire.centerblog.net/ plume.reyncat@hotmail.fr Shiho-Angel
    Ezio Aiëton
    Métamorphe
    Métamorphe


    aucun avertissement
    Messages: 24
    Date d'inscription: 29/01/2011
    Age: 21
    Localisation: Marseille

    Feuille de Personnage
    Age: 21
    Famille: méthamorphes (panthère blanche)
    Nationalité: Français et Africain

    MessageSujet: Re: Une prarie infini, un esprit tourmenté [Ezio Aiëton]   Mar 22 Mar - 20:31 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant Editer/Supprimer ce message

    Ezio était assit sur le table et bien déterminé à y rester, dès le début, il avait bien sentit que la fille se tenant devant lui ne portait en elle aucun danger. Enfin de ce qu'il pouvait tirer du regard interrogatif qu'elle lui adressait.
    - De quoi parles-tu?
    Une première question, Ezio prit conscience de la stupidité de son premier dialogue avec Nayla et aussi le fait que son comportement étrange devait la troubler car elle semblait ne pas avoir vu tant de membres des autres familles.

    - C'est le tiens?
    Un sourire effacé, quasiment invisible miroita sur ses lèvres, il se ressaisit et oubliant le choc qui venait d'avoir lieu, il annonça d'une façon théâtrale:
    -Veuillez excuser mon manque de politesse, Ezio se penchant en avant et fit mine de tirer un chapeau, on m’appelle Ezio Aïeton, vous avez du sans doute déceler mon appartenance à la famille des méthamorphes et non, Sbib n'est pas mien et ne le sera jamais car il est libre d'aller et de faire ce qu'il souhaite.
    Ezio remit sur sa tête sont chapeau fantôme pour observer la tête de Neyla, Sbib quand à lui se posa sur l'épaule de la jeune fille et la regarda fixement d'un air las.
    Cette fois le sourire d'Ezio apparut visiblement et il acheva d’effacer le souvenir de son premier mot:

    -Puma ?
     

    _________________

    La vérité... Il n'y a que sa de vrai.

    "Apprend à voir le temps des choses... Tout comme moi"
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé http://www.la-guilde-marchombre.kazeo.fr En ligne
    Nayla Sasayaki
    Métamorphe
    Métamorphe


    aucun avertissement
    Messages: 123
    Date d'inscription: 17/05/2010
    Age: 16

    Feuille de Personnage
    Age: 16 ans
    Famille: Métamorphe - Puma
    Nationalité: Franco-espagnole

    MessageSujet: Re: Une prarie infini, un esprit tourmenté [Ezio Aiëton]   Jeu 24 Mar - 11:18 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant

    Décidemment, chaque rencontre est unique, d'abord par son lieu, ensuite par ses circonstances, et enfin par le caractère de chacun. Le Métamorphe semblait, à ses nouvelles paroles, comme se rendre compte qu'il avait été bizarre, ou quelque chose dans le genre. Nayla aurait pu avoir plusieurs informations sur ce qu'il ressentait grâce à ses sens, mais la plupart du temps, elle évitait, sinon, elle aurait vite fait de savoir des choses qui, si elle les avait laisser échappées, l'aurait fait paraître bizarre, et pas que... Le jeune, en tout cas, commença sa présentation de façon on peut plus théâtrale.

    -Veuillez excuser mon manque de politesse, on m’appelle Ezio Aïeton, vous avez du sans doute déceler mon appartenance à la famille des méthamorphes et non, Sbib n'est pas mien et ne le sera jamais car il est libre d'aller et de faire ce qu'il souhaite.

    Nayla sourit en le voyant faire, mais elle espérait juste qu'il ne continuerait pas trop à faire son intéressant ou ça la gaverait très vite. Le dit Sbib vint alors se poser sur son épaule en la fixant d'un air pas franchement joyeux. La jeune fille se fit la réflexion que cet animal était décidemment soit inconscient, soit vraiment courageux et/ou habitué aux humains pour se poser ainsi sur son épaule.

    -Puma ?

    Evidemment, il avait tout de suite su quel était son animal fétiche. Elle était de plus en plus attirée vers lui, même si elle tentait toujours de varier au maximum ses transformations pour ne pas se retrouver bloquée. Elle adorait son apparence de puma, mais elle serait vraiment déçue de ne plus pouvoir devenir oiseau ou loup... La jeune fille sourit à son tour.

    - Exact.

    Quelques secondes passèrent où Nayla ne se gêna plus pour utiliser ses sens, déjà surdéveloppés même sans être métamorphosée, histoire d'en savoir autant sur Ezio.

    - Panthère blanche?
     

    _________________

    "Celui qui crois savoir n'apprend plus"
    Pierre Bottero

    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé http://panthere-noire.centerblog.net/ plume.reyncat@hotmail.fr Shiho-Angel
    Ezio Aiëton
    Métamorphe
    Métamorphe


    aucun avertissement
    Messages: 24
    Date d'inscription: 29/01/2011
    Age: 21
    Localisation: Marseille

    Feuille de Personnage
    Age: 21
    Famille: méthamorphes (panthère blanche)
    Nationalité: Français et Africain

    MessageSujet: Re: Une prarie infini, un esprit tourmenté [Ezio Aiëton]   Aujourd'hui à 9:56 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant Editer/Supprimer ce message Supprimer ce message

    Ezio se doutait bien que la conversation dévirait à un moment ou un autre sur le sujet de préféré des métamorphes, la transformation. Depuis bien longtemps, il ne pouvait plus que se transformer en panthère blanche, massive, puissante, redoutable, il adorait plus que tout ce prédateur féroce et colossal, de ce qu'il avait put en voir, une panthère se tirait sans problèmes d'une situation dangereuse face à plus massif qu'elle. Vu son appartenance aux métamorphes, la puissance des métamorphoses se voyait encore augmenter ce qui rendait la dite bien plus dangereuse.
    Dès le premier regard, il avait vu qu'elle regrettait de ne plus pourvoir devenir aigle, ou autre chose. Une lueur imperceptible restait pourtant au fond de ses yeux...
    Sbib lui prit un air stupide, il comprenait très bien la suite de la discussion et en connaissait déjà la fin, il décolla vers la balustrade et s'y posa.

    - Exact.
    "Dans le mille"
    - Panthère blanche?
    "Est ce vraiment une question"
    -Non, panthère rose
     

    _________________

    La vérité... Il n'y a que sa de vrai.

    "Apprend à voir le temps des choses... Tout comme moi"



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :